Auteur Tounian P.

Service de Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques, Hôpital Armand-Trousseau, PARIS.

Revues générales
0

Les traitements non pharmacologiques sont prescrits en première intention chez les enfants qui régurgitent. Rares sont ceux qui ont démontré leur intérêt, certains n’ont qu’une efficacité empirique et beaucoup sont inutiles. L’utilisation d’une formule épaissie diminue significativement les régurgitations. Le fractionnement des repas est empiriquement efficace seulement lorsque les volumes de lait ingérés sont importants.
La prescription d’un hydrolysat poussé de protéines du lait de vache ou de riz permet de guérir des régurgitations dues à une allergie aux protéines du lait de vache. En revanche, ni la surélévation de la tête, ni le fractionnement systématique des repas, ni l’exclusion de certains aliments, ni la réduction pondérale d’un enfant obèse n’ont d’intérêt.

L'année pédiatrique 2015
0

Les publications de 2015 n’ont pas révolutionné la nutrition pédiatrique. Elles ont surtout eu l’intérêt de confirmer ou con-solider des évolutions conceptuelles récentes.
Les âges d’introduction des aliments à fort potentiel allergisant et du gluten dans l’objectif de prévenir, respectivement, les allergies et la maladie cœliaque ont été confirmés et corrigés. Les adipocyte beiges, après les blancs et les bruns, pourraient jouer un rôle dans l’homéostasie énergétique. L’importance de la génétique, l’intérêt de la chirurgie bariatrique et l’inefficacité de la prévention dans l’obésité ont été consolidés.