Revues générales
0

La peau du nouveau-né est l’objet de toutes les attentions des parents (et plus particulièrement des mères), mais aussi des industriels qui sont bien conscients des attentes en termes de sécurité et d’efficacité des produits qu’ils vont utiliser.
Mis à part le problème spécifique des grands prématurés, les soins d’hygiène cutanée relèvent de simples principes de bon sens : produits utilisés non toxiques, peu ou pas irritants et efficaces.
L’hygiène, à cet âge, doit être soigneuse mais sans excès, car une hygiène excessive, plus encore que chez l’adulte, peut perturber l’homéostasie cutanée, favoriser l’apparition de dermatoses irritatives et aggraver une pathologie dermatologique sous-jacente (dermatite atopique ou ichtyose vulgaire). Cette attitude raisonnable et logique vis-à-vis de l’hygiène cutanée du nouveau-né est, malgré tout, parfois en contradiction avec le désir parental d’une peau parfaite.

Revues générales
0

La clinique des aspects dermatologiques des maltraitances de l’enfant est diverse. Si certaines lésions peuvent être facilement évocatrices d’un mécanisme susceptible d’avoir induit une maltraitance, d’autres peuvent évoquer des lésions dermatologiques d’origines différentes.
Il convient dans tous les cas de recueillir les éléments du contexte de la consultation, seuls susceptibles de relier à leur origine probable des lésions suspectes et d’induire des mesures de signalements administratifs (CRIP) ou judiciaires les plus appropriés.

Revues générales
0

L’appareillage auditif s’impose chez l’enfant sourd d’autant plus tôt que la déficience est importante. En effet, la stimulation auditive périphérique est indispensable à la mise en place des structures centrales permettant la communication orale. La démarche d’appareillage à la recherche de l’amplification la mieux adaptée tient compte des caractéristiques de la surdité, de l’âge de l’enfant, de l’existence de troubles associés, des capacités d’apprentissage et du contexte familial.
Les mots clés sont : précocité du dépistage et du diagnostic, adaptation de l’audiométrie aux capacités psychomotrices, contours d’oreille, choix évolutif des réglages en fonction des contrôles interactifs, éducation prothétique et guidance parentale, port régulier, suivi dans le cadre d’une équipe pluridisciplinaire où la place prépondérante est celle de l’orthophoniste du fait de l’existence d’une perte résiduelle et du retard initial de stimulation.
L’appareillage auditif permet, par la restitution d’une audition de qualité, l’intégration scolaire de la majorité des déficients auditifs légers, moyens et sévères. En cas d’insuffisance de résultats pour les surdités profondes, l’indication de l’implantation cochléaire se justifie et doit se poser avant deux ans.

Revues générales
0

La chirurgie laryngée de l’enfant a connu une importante évolution au cours de la dernière décennie. Les indications sont devenues plus restreintes par une meilleure prévention des lésions acquises, l’introduction de certaines thérapeutiques médicamenteuses ou le recours à la ventilation non invasive. En outre, les voies d’abord endoscopiques se sont largement développées, permettant de réduire la morbidité de ces prises en charge. La chirurgie laryngée par voie externe reste cependant indiquée dans les obstructions majeures ainsi que les malformations complexes.

1 51 52 53 54 55 61